Le rôle du Québec aux élections fédérales

Ville de Québec

Addendum: Dans l’intérêt d’être juste, j’aimerais préciser que je ne prétend pas que tous les protestants sont automatiquement conservateurs. Comme je le dis plus bas, il y a une grande diversité chez les protestants, pour le meilleur et pour le pire. Mon affirmation est plutôt que la majorité des conservateurs sont protestants, et chérissent des opinions conservatrices à cause de leur culture religieuse.

Laissez moi commencer en demandant le pardon de mes consoeurs et confrères québécois pour ne pas utiliser le français comme langue principale sur mon blog. Je vis maintenant en Colombie-Britannique, l’anglais étant mon mode primaire de communication. La réalité est qu’il est plus probable qu’un québécois comprenne l’anglais que n’importe qui d’autre dans le Monde comprenne le français. J’ai des amis de partout autour de la planète, du au fait que je travaille dans une collaboration internationale. Cependant, je vais faire une exception cette fois-ci puisque ce dont je veux discuter est particulièrement pertinent aux gens du Québec.

Le 2 Mai prochain, les 41e élections fédérales auront lieu. Comme vous le savez probablement, le gouvernement conservateur a été renversé le 25 Mars suite à un vote sur une motion de censure attestant que les conservateurs ne sont plus digne de confiance. Stephen Harper et ses troupes ont tenu un gouvernement minoritaire depuis 2006.

Ce tableau montre le nombre de sièges tenu par les 4 partis majeurs depuis 2000. Notez qu’en 2000, j’ai combiné l’Alliance canadienne et le parti Progressiste/Conservateur. On peut voir que les conservateurs gagnent du terrain avec les années, les libéraux perdent entre 30 et 40 sièges à chaque élection, le Bloc retient approximativement le même nombre de sièges et le NPD fait du progrès mais très lentement.

Le Québec comptait quelque 75 sièges sur un total de 308 au niveau fédéral aux élections de 2008. Seulement 10 de ces sièges ont été tenu par des conservateurs. Il est plutôt évident que le Québec ne partage pas la ligne de pensée de Stephen et compagnie. Pourquoi en est-il ainsi?

Je n’ai qu’une réponse partielle qui n’est rien de plus qu’une conjecture. Il y a deux différences fondamentales qui me viennent à l’esprit  lorsque je compare le Canada français au Canada anglais: la langue et la religion. La première différence ne nécessite aucune explication. Cependant, il se peut que la seconde différence ne vous paraisse pas immédiatement comme un facteur majeur. Commençons avec les faits.

Le Québec est très largement catholique. Le reste du Canada est majoritairement protestant, mais par une faible marge. L’église catholique reconnaît l’autorité du pape, alors que l’église protestante ne reconnaît que l’autorité de la bible. La différence qui importe est la suivante. Étant donné que l’église catholique dérive ses pratiques et croyances d’une institution humaine, elle est sujette au changement. Les croyances protestantes sont basées sur un document sacré à jamais figé.

L’église catholique est donc par définition plus libérale que l’église protestante. Jean-Paul II a éventuellement reconnu la validité de la théorie de l’évolution (tant et aussi longtemps que Dieu en est l’ultime responsable). Il a aussi reconnu l’erreur de l’église concernant Galilée et l’héliocentrisme. La doctrine de l’église catholique suit à retardement l’évolution morale du monde laïque, mais au moins, elle est en mouvement. Elle a encore beaucoup de progrès à faire concernant la contraception, les droits des homosexuels, le SIDA en Afrique et l’inhumaine répression sexuelle chez ses prêtres. Nous sommes tous au courant des conséquences de cette dernière.

L’église catholique est davantage vulnérable à l’erreur humaine et au désabus de ses croyants. Il est difficile de prendre la religion au sérieux lorsque ses prêtres sont impliqués dans un nombre effroyable de scandales de pédophilie.

Pour ce que est de l’église protestante, elle est beaucoup plus divisée que l’église catholique, simplement parce que les prêtres protestants n’arrivent pas à un consensus quand vient le temps d’interpréter la bible. Il est aussi beaucoup plus facile pour un protestant de rejeter la théorie de l’évolution et de favoriser le mythe de création chrétien. La bible ne peut pas être impliquée dans des scandales (malgré le fait qu’elle en contient un nombre faramineux), ce qui fait d’elle une autorité morale beaucoup plus restrictive et immuable.

Lorsque la révolution tranquille prit racine au Québec, le système d’éducation fut arraché des mains de l’église. Il y a quelques années seulement, le cours d’enseignement religieux catholique fut retiré du programme scolaire. Le catholicisme a également été sorti des garderies provinciales en 2010, complétant la laïcisation de l’éducation au Québec. Le Canada anglais est aussi en cours de laïcisation, mais le processus est ralenti par le grand nombre de protestants qui ne perçoivent pas la religion comme étant associée à l’abus d’enfants.

Le parti conservateur de Stephen Harper est en grande partie la manifestation politique des protestants au Canada. Il n’est pas surprenant que le Québec ne vote pas conservateur. Les croyances religieuses très peu libérales des protestants influence la politique du parti conservateur, tandis que le Québec va de l’avant en matière de droit à l’avortement, de droit à l’union civile homosexuelle, d’investissement en sciences, de support aux artistes et à la culture, d’énergie renouvelable et de législation pour les corporations.

Ceci est selon moi l’unique bonne raison pour la séparation du Québec. On ne veut pas que la politique conservatrice viennent influencer la politique laïque et socialiste de la Belle Province. Le fait que les conservateurs soient au pouvoir depuis 2006 n’aide pas à éteindre le mouvement souverainiste. Ceci est une des raisons majeures pourquoi le Bloc Québécois tient la majorité des sièges fédéraux au Québec.

Je vis en Colombie-Britannique depuis maintenant trois ans, et j’ai maintenant des amis provenant de presque partout au Canada. Je vois maintenant la situation d’un autre point de vue. Les souverainistes au Québec parlent souvent de l’influence du Canada anglais sur le Québec, et ils décrivent cette influence comme étant quelque chose de néfaste. Cependant, le Québec a aussi une influence profonde sur le reste du Canada, et je ne connais aucun canadien anglais digne d’intérêt qui parle de cette influence comme étant une mauvaise chose.

Saviez-vous que tous les produits de consommation à la grandeur du Canada sont étiquetté dans les deux langues? Saviez-vous que Radio-Canada est produit et rendu disponible dans les deux langues partout au Canada? Et plus important encore, saviez-vous que nous mettons un frein au progrès des conservateurs?

Si jamais le Québec se sépare, le noyau conservateur au Canada va sans doute chercher à mitiger tout partenariat avec le Québec. Ce sera au désavantage de tous les canadiens. Le Québec aura probablement des difficultés semblables avec les États-Unis. En faisant partie du Canada, le Québec s’assure d’un partenariat économique et scientifique avec le Canada anglais tout en l’empêchant d’adopter des politiques trop conservatrices. Bien sur, il y a un prix à payer, le Québec a des concessions à faire et le partenariat n’est pas sans ses anicroches, mais je crois que ça en vaut le coût.

Voter Bloc Québécois aux élections qui s’en viennent n’est pas la meilleure option, bien que ce ne soit pas la pire non plus. Le Québec a une opportunité de transformer le Canada en un pays qui refuse que la pensée conservatrice prenne le dessus et de s’assurer d’un fort allié.  Je ne vous dirai pas pour quel parti voter. C’est à vous d’en juger. Je veux simplement que vous preniez en compte le futur de la relation Québec-Canada, et que vous y pensiez deux fois avant de voter.

English version: the role of Quebec in the federal elections

Addendum: In the interest of fairness, I would like to clarify that I am not claiming that all protestants are conservative. Like I say later in the text, there is a vast diversity in the protestant school of thought, for the better or for the worse. My claim is that the majority of the conservatives are protestant, and they hold conservative opinions rooted in their religious culture.

Let me begin by apologizing to my French Canadian sisters and brothers for not using French as the main language on my blog. I now live in British Columbia and English is my primary mode of communication. The reality is that it is more likely that a Quebecer understands English than a random person in the world understands French. I have friends from everywhere on the planet, since I am working in an international collaboration. However, I will make an  exception this time since what I wish to discuss is especially relevant to the people of Québec.

The 41st Canadian general elections will happen on May 2nd this year. Like you already probably know, the conservative government has been overthrown due to a vote on a censure motion saying that conservatives are untrustworthy. Stephen Harper and his follower have been holding a minority government since 2006.

This table show the number of seats held by the 4 major political parties since 2000. Note that in 2000, I combined the Canadian Alliance with the Progressive/Conservative party. It can be seen that the conservatives hold more and more seats with the passing years, the liberals lose between 30 and 40 seats each election, the Bloc retains approximately the same number of seats and the NPD is slowly making progress.
Québec had 75 out of 308 seats at the federal level at the elections of 2008. Only 10 of these seats were held by conservatives. It is rather obvious that Québec is not in line with Stephen Harper and co. Why is it that way?

I can only provide a partial answer, which is nothing more than a conjecture. There are two fundamental differences that comes to my mind when I compare the english Canada to the french Canada: language and religion. The first one doesn’t require explanation. However, the second one might, since it may not be immediately apparent that religion is a major factor. Let’s begin with a few facts.

Québec is largely a catholic province. The rest of Canada is mostly protestant, but by a small margin. The catholic church recognizes the authority of the Pope, while the protestant church only look to the bible for authority. The difference that matters is the following. Since the catholic church derives its practices and beliefs from a human institution, it is subject to change. The protestant beliefs on the other hand, are based on an immutable sacred book.

By definition, the catholic church is more accommodating to liberal views than the protestant church. John-Paul the Second eventually endorsed the theory of evolution (as long as God is the ultimate cause). He also recognized the error of the church when it condemned Galileo and heliocentrism. The catholic doctrine slowly follows the moral evolution of the secular world, but at least it does. It still has a lot of progress to do on issues like contraception, AIDS in Africa and the barely human sexual repression it imposes on its priests. We all know the consequences of that.

The catholic church is vulnerable to human error and to the disillusionment of its followers. It is hard to take religion seriously when its priests are caught in a frightening number of pedophile scandals.

On the other hand, the protestant chruch is much more divided than the catholic church, simply because the priests can’t reach a consensus when comes the time to interpret the bible. It is also easier for a protestant to reject evolution theory and prefer the christian creation myth. The bible cannot be involved in scandals (despite the fact that it contains a very large number of them), which makes it a more restrictive and immutable moral authority.

When the Quiet Revolution took hold in Québec, the education system was taken from the hands of the church. Only a few years ago, the course on catholicism was removed from the curriculum. Catholicism has also been removed from child care centers, completing the secularization of education in Québec. The english Canada is also undergoing secularization, but the process is being slowed down by the large number of protestants who don’t see religion as something associated with child abuse.

The conservative party of Stephen Harper is largely the political manifestation of the protestants in Canada. It is not surprising that Québec is not voting conservative. The not-so-liberal religious beliefs of the protestants influence the politics of the conservative party, while Québec is going forward with rights to abortion, homosexual civil unions, investment in science, support to arts and culture, renewable energy and legislation for corporations.

This is, according to me, the only good reason to wish for the separation of Québec. Quebecers do not want the conservative policy to trouble the secular progress being made home. The fact that the conservative have been in power since 2006 really doesn’t help the separatist movement to fade away. This is also a major reason why the Bloc Québécois hold the majority of federal seats from Québec.
I have been living in British Columbia for the past three years and I made friends from all around Canada. I now see the situation from another perspective. The separatists in Québec often talk of the bad influence that the english Canada has on Québec. However, Québec also has a profound influence on the rest of Canada, and I never really heard an english Canadian worth taking seriously complaining about it.

Did you know that all consumer products across Canada must be labelled in both languages? Did you know that the CBC produce and makes available its programs in both languages everywhere? And more importantly, did you know that Québec is a force holding back the progress of the conservatives?

If Québec ever separates, the conservative current in Canada is definitely going to try to mitigate relationships with Québec. This will be at the expense of all Canadians. Québec will probably have the same kind of trouble with the United States. By being part of Canada, Québec secures an economic and scientific partnership with the english Canada while preventing the conservatives to take solid hold. Of course there is a price to pay. Québec must do concessions, and the partnership is not always going smoothly, but I believe the trouble is worth it.

To vote for the Bloc Québécois is not the best option, although it is not the worse either. Québec now has an opportunity to transform Canada in a country that refuses that conservative policy dominate and secure a strong ally. I won’t tell for which party to vote. It’s for you to figure out. I simply want you to consider the future of the Québec-Canada relationship, and think about it twice before voting.

Advertisements
This entry was posted in Politics. Bookmark the permalink.

3 Responses to Le rôle du Québec aux élections fédérales

  1. Ian B says:

    The NDP has been polling higher recently in Quebec, which gives me hope.

  2. Michel says:

    You would think NDP and Quebec would make natural allies. Actually, from my past impressions, people in Quebec finds that the NDP is a rather cute idea, but nothing more. Maybe this is what’s changing.

  3. NickB says:

    Je n’avais jamais songé à ce point comment la religion pouvait influencer la culture d’un peuple se disant laïc. Ceci est un très bon résumé de la différence entre le Québec et le RoC.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s